Les résultats du 3e baromètre « Usages du smartphone au volant » publiés par la Fondation MAIF et l’IFSTTAR, indiquent que près de la moitié des conducteurs utiliseraient leur téléphone au volant !

Selon les chiffres du gouvernement, le smartphone au volant est une cause importante d’insécurité routière et serait responsable de près de 10 % des accidents corporels. Véritable fléau sur nos routes, les mesures répressives pour réduire son utilisation ont été récemment introduites par le gouvernement. Malgré ceci, le baromètre 2018 « Usages du Smartphone au Volant » démontre que les usages du smartphone au volant se multiplient et que le nombre des conducteurs qui utilisent encore leur smartphone est en constante augmentation.

« Le smartphone est devenu pour beaucoup, une béquille indispensable. Il fait de nous des assistés. Le nombre de prises en main par jour ne cesse de croître, et comme les usages se multiplient, résister à l’appel sonore d’une notification est une performance. C’est vrai partout, y compris dans le cocon douillet de sa voiture où le smartphone devient également de plus en plus pour le conducteur, une extension de la main », explique Marc Rigolot, directeur général de la Fondation MAIF

En effet, la part des conducteurs qui utilisent leur smartphone continue d’augmenter chaque année : 39 % en 2016, 43 % en 2017, pour en arriver à 46 % en 2018 ! Le smartphone véritable couteau-suisse de l’ère moderne devient un outil indispensable sur la route pour les Français. L’utilisation varie en fonction de l’âge : 54 % des 35 – 44 ans s’en servent en conduisant et, plus inquiétant, ce taux grimpe à 61 % pour les 24 – 34 ans. 

En parallèle, les messages se complexifient, devenant des mélanges de texte, d’image et/ou vidéo, une pratique qui concerne près de la moitié des conducteurs, et ceci malgré le fait que les utilisateurs sont de plus en plus conscients des risques ! Un point positif, 72 % des usagers qui conversent utilisent un kit mains libres au moins de temps en temps, une augmentation de + 12 points depuis 2016.

En savoir plus

Marie-Pierre Bruyas, chercheur à l’IFSTTAR, confie, « le nombre de conducteurs qui utilisent leur téléphone au volant ne cesse d’augmenter, comme en témoigne cette version 2018 du baromètre. Les sollicitations se multiplient et les contenus échangés sont de plus en plus complexes. Si des pratiques plus sécuritaires semblent se développer, certains usages restent extrêmement dangereux et augmentent fortement le risque d’accident, notamment lorsqu’ils nécessitent de longs détournements du regard. On peut alors regretter que les commandes vocales et les dispositifs mains-libres restent encore sous-utilisés, car ils permettent d’éviter les comportements les plus dangereux. »

 

 

Découvrez l’étude à l’origine du baromètre smartphone !

Je découvre

 

"Smartphone au volant, le coup d’œil imprudent" était également le thème du concours Grand Angle 2017 de la Fondation MAIF, retrouvez les films lauréats ici.