Nous avons eu besoin de votre aide, et vous avez répondu à l’appel. Focus sur 4 projets de la Fondation MAIF auxquels les lecteurs du MAIF Social Club ont participé.

Merci à vous !


1. Un questionnaire, vos réponses, et quelques mois plus tard la création d'une appli

Vous avez été nombreux à répondre au questionnaire sur l’anxiété de reblessure crée par l’équipe du labo PSITEC (Psychologie : Interactions, Temps, Emotions, Cognitions) de l’Université de Lille. Son but initial était d’améliorer l’évaluation et la prise en charge des  patients blessés.

Il a également donné naissance à CASSE-COU, une application qui permet de nous situer par rapport à notre niveau de prise de risque et notre niveau d’anxiété. De mieux comprendre ce que nous sommes vraiment, plutôt que de ne nous fier qu’à ce qu’à ce que nous pensons être.

Disponible sur Google Play, sur App Store et sur Internet.

Essayez-le !


2. Maîtrisons-nous vraiment nos données personnelles sur les réseaux sociaux ?

L’enquête menée avec votre aide sur les habitudes et les pratiques d’utilisation des réseaux sociaux a contribué à l’analyse des risques apparents et non apparents des publications concernant les données personnelles ou sensibles.

Les données sensibles selon vous sont la religion, l’argent, la politique, les rencontres et la santé.

Nous maîtrisons ce que nous publions à titre personnel, mais qu’en est-il pour nos amis ? En croisant les données et les statistiques, il est possible d’observer des similitudes. Et si un de nos amis affiche ses préférences en politique ou en religion, il est possible que nous soyons sensibles aux mêmes idéologies. Il est donc possible d’en savoir plus sur nous qu’on ne le croit.  

A lire aussi : Camille fouille les données et s’en sert !

L’équipe du LORIA (Laboratoire lorrain de recherche en informatique et ses applications) nous donne un premier conseil pour protéger ces données dites « sensibles », à découvrir très vite !


3. Enquêtes sur les effets potentiels de la conduite à moto sur circuit

Une question s’est posée : la pratique encadrée de la moto en circuit fermé influence-t-elle les attitudes et les comportements des jeunes motocyclistes sur route ouverte ?  

Les chercheurs de l’IFSTTAR ont mené l’enquête auprès de plus de 2000 motards, dont certains parmi vous ! Réponse nuancée sauf pour ceux qui ont une pratique régulière du circuit. Elle permet aux jeunes de mieux gérer leurs émotions négatives sur la route en particulier concernant l’agressivité ressentie face aux autres usagers.

Infographie des résultats


4. Internet, est-il un bon médecin ?

Perte de confiance envers l’institution médicale, manque de temps, manque de moyens ? Les séniors pratiquent de plus en plus l’automédication, notamment à l’aide d’internet.

Le projet RICSA s’est donné pour objectif de mieux comprendre cette nouvelle habitude afin de prévenir les risques éventuels qu’elle recouvre. La difficulté majeure, pour les internautes en quête de remèdes sur le web, est de faire un tri dans la masse et la diversité des informations disponibles sur la santé, de savoir apprécier leur pertinence. Cela exige de renforcer leur culture à la fois en termes de santé et de numérique.

L’équipe du laboratoire MICA (Médiation, Information, Communication, Art)  de l’université Bordeaux-Montaigne a développé un test accessible en ligne à cet effet.

Testez vos compétences !

Découvrez également les résultats de l’enquête auprès des seniors.


La Fondation MAIF vous adresse un grand MERCI pour vos contributions ! Construisons ensemble des solutions pour améliorer la société de tous.